Italie: un été chaud à Rome, défigurée par les ordures et confrontée à une série d’incendies

AFP - THERESE CRISEO

En proie à une vague de chaleur record, qui devrait durer tout l'été selon les météorologues, la Ville Éternelle ressemble à un malade quasi incurable. Les ordures à ciel ouvert sont désormais un symptôme chronique, y compris dans le centre historique, tandis que des incendies se déclenchent dans la ville.

Avec notre correspondant en Italie, Anne Le Nir

Faute d'un système de traitement des déchets efficace, l’administration romaine ne parvient pas à se débarrasser des immondices.

Alors, on s'habitue, ou pas, à slalomer entre les monticules d'ordures qui jonchent les rues et font le régal des goélands, des rats et des sangliers. En cet été torride, les maux qui affligent la Ville Éternelle, et ses environs, ne s'arrêtent pas là. Depuis la fin juin, les sapeurs-pompiers sont intervenus à de multiples reprises pour lutter contre le feu.

L'un des cinq plus graves incendies remonte au 9 juillet. Des quartiers situés au sud- est de Rome ont été submergés par les flammes et une épaisse fumée pestilentielle. Cet incendie s'est déclenché dans des casses automobiles et l'origine criminelle n'est pas exclue. Par chance, il n'a fait aucun blessé, mais les habitants ont dû fermer toutes leurs fenêtres pendant 24 heures.

Le parquet de Rome a ouvert plusieurs enquêtes pour vérifier s'il n'y avait pas la main de la mafia derrière toutes les blessures infligées à l'un des berceaux de la civilisation occidentale.

À lire aussi : Italie : des migrants dans une situation inhumaine à Lampedusa

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles