Issey Miyake, le rescapé d’Hiroshima qui a fait dialoguer le style japonais et l’Occident

Le créateur de mode Issey Miyake est mort à l'âge de 84 ans. Riche d'une carrière de plus de 50 ans marquée par la recherche de nouveaux matériaux, la quête de la diversité sur les podiums et surtout le dialogue avec l’Occident, il était l'un des noms les plus importants de la mode japonaise dans le monde.

Né le 22 avril 1938 à Hiroshima (ouest du Japon), Miyake a 7 ans le 6 août 1945 quand les États-Unis larguent la première bombe atomique de l'Histoire sur sa ville natale, faisant 140 000 morts – dont sa mère, décédée trois ans plus tard victime des radiations. Pendant longtemps, le créateur évite le sujet, même s’il garde lui-même des séquelles physiques et surtout des souvenirs de l’attaque.

« Quand je ferme les yeux, je vois encore des choses que personne ne devrait jamais vivre : une lumière rouge aveuglante, le nuage noir peu après, des gens qui courent dans toutes les directions en tentant désespérément de s'échapper – je me souviens de tout ça », témoigne-t-il en 2009 pour plaider en faveur du désarmement nucléaire.

De ce traumatisme, le jeune Miyake préfère garder l’envie de construire, et se concentre sur « les choses qui peuvent être créées et non détruites, et qui apportent de la beauté et de la joie », comme il le disait.

Arrivé à Paris en 1964 après avoir étudié le graphisme au Japon, il fait ses armes chez Guy Laroche et Givenchy, avant de travailler deux ans chez Geoffrey Beene, à New York. En 1970, il lance sa propre marque, qui rencontre rapidement le succès.


Lire la suite sur RFI