ISS : Thomas Pesquet, un modèle pour les étudiants de Supaéro

Les étudiants de l’Institut supérieur de l’aéronautique et de l’espace (Supaéro) auront les yeux rivés vers le ciel, vendredi 23 avril, pour voir Thomas Pesquet s’envoler vers la Station spatiale internationale. Dans les couloirs de l’école située à Toulouse (Haute-Garonne), l’ombre du spationaute français, qui y a fait ses études en 2001, plane toujours. "Ça met de la lumière sur l’école, alors quand on fait du recrutement, on peut sélectionner les meilleurs profils. Ils deviennent de très bons ambassadeurs de l’école et Thomas Pesquet en est un bon exemple", explique Stéphanie Lizy-Destrez, enseignante-chercheuse à Supaéro. Un espoir d’avoir le même parcours Le spationaute est de fait un exemple pour les quelque 1500 étudiants de l’école, enthousiastes à l’idée de voir un ancien de l’établissement repartir un peu plus près des étoiles. "Il a un parcours assez classique au début, et donc on se dit qu’on peut nous aussi avoir une chance de partir là-haut un jour", confirme une élève ingénieure. Mais avant, il faudra encore de longues heures d’entraînement sur les simulateurs de l’école.