Israël: Le Drian met en garde contre un "risque d'apartheid"

·Journaliste
·2 min de lecture
Israël: Le Drian met en garde contre un "risque d'apartheid"

ISRAËL/PALESTINE - C’est un terme très fort. Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a mis en garde, dimanche 23 mai, contre un “risque d’apartheid” en Israël si une solution à deux États n’émerge pas entre Israéliens et Palestiniens.

“Dans des villes israéliennes, les communautés se sont affrontées”, a-t-il souligné au Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, en revenant sur la flambée de violences de ces derniers jours entre Israéliens et Palestiniens, qui s’est soldée par un fragile cessez-le-feu conclu le 20 mai.

“C’est la première fois et ça montre bien que si d’aventure on avait une autre solution que la solution à deux États, on aurait alors les ingrédients d’un apartheid qui durerait longtemps”, a-t-il averti. “Le risque d’apartheid est fort si on continue à aller dans une logique à un État ou du statu quo. Même le statu quo produit cela”, a ajouté le chef de la diplomatie française.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une première pour la diplomatie française ?

Le terme “apartheid’”, mot afrikaans signifiant “séparation, mise à part”, fait référence au “régime de ségrégation systématique des populations de couleur appliqué en Afrique du Sud entre 1913 et 1991”, rappelle le Larousse. Il est parfois utilisé par les opposants les plus virulents à la politique de colonisation israélienne, mais son usage dans la bouche d’un membre du gouvernement français semble inédite.

“C’est la première fois, me semble-t-il, que la France par la voix de son ministre des Affaires étrangères met en garde l’É...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles