Bousculade mortelle de Méron : Israël, une tragédie si prévisible…

De notre correspondante à Jerusalem Danièle Kriegel
·1 min de lecture
Le pélerinage au mont Meron dans le nord d'Israël est l'un des points forts de la fête de Lag B'omer.
Le pélerinage au mont Meron dans le nord d'Israël est l'un des points forts de la fête de Lag B'omer.

Les noms des victimes, leur âge et leur lieu de résidence défilent lentement sur les écrans de télévision. Des pères de famille, des étudiants d'école talmudique, des adolescents, des enfants. Ce sont les 45 victimes de la terrible catastrophe de Meron. La plus grande célébration de la fête de Lag B'omer sur la tombe du rabbin Shimon Bar Yohaï, un illustre talmudiste du deuxième siècle de notre ère, s'est transformée en tragédie nationale. 45 vies fauchées. Mais aussi 150 blessés, dont 16 toujours dans un état grave. Sans parler de ceux qui sont sortis indemnes de l'effroyable bousculade, mais garderont en mémoire les images de ce qu'ils ont vécu. Comme ce témoin qui, sur son lit d'hôpital, raconte avoir entendu les appels à l'aide de ceux qui étaient écrasés par les corps tombés sur eux : « J'étouffe? J'étouffe? À l'aide? » Des cris de plus en plus faibles? Puis plus rien.

En ce dimanche matin, jour de deuil national, alors que les enterrements se poursuivent, tous les médias ? les chaînes de radio et de télé diffusent depuis plus de 48 heures en continu ? tentent de déterminer les circonstances de la plus lourde tragédie civile de l'histoire d'Israël. Était-il possible de l'éviter ? Oui, répondent les experts qui rappellent deux rapports publiés par le contrôleur de l'État, en 2008 et 2011. Ils mettaient en garde contre la situation chaotique qui régnait sur le site de Meron. Ils dénonçaient la quasi-absence de normes de sécurité et le trop grand nombre [...] Lire la suite