Israël se tient prêt face au risque d’embrasement

Libération.fr

La mobilisation autour du plateau du Golan, disputé avec la Syrie, a été renforcée du côté de l’Etat hébreu, où l’on se prépare à des attaques du Hezbollah, allié de Bachar al-Assad.

Al’instar de plusieurs autres dirigeants occidentaux, Benyamin Nétanyahou avait été prévenu de la frappe américaine sur la Syrie. Les troupes israéliennes stationnées sur la partie du plateau du Golan conquise durant la guerre des Six Jours en 1967 et annexée par l’Etat hébreu en 1981 ont alors été placées en état d’alerte maximale. Tout comme les services de renseignement et les nombreux postes d’observation installés le long du no man’s land séparant l’Etat hébreu de la Syrie, mais également les batteries de roquettes antiroquettes «Dôme d’acier» ainsi que le tout nouveau «Bouclier de David», un système censé abattre les missiles de courte et moyenne portée susceptibles d’être tirés à partir des pays voisins.

Mercredi, au lendemain du bombardement d’Idlib par l’aviation de Bachar al-Assad, l’état-major de l’armée israélienne avait déjà ordonné au Pikoud Haoref (la Défense passive) de se tenir prêt à toute éventualité. Des réservistes de cette force avaient été mobilisés en toute discrétion pour vérifier l’état des masques à gaz et la validité des médicaments susceptibles d’être distribués aux civils visés par des frappes chimiques. «L’idée générale est que la Syrie, ou plutôt le Hezbollah [son allié pro-iranien, ndlr], peut décider d’élargir le conflit en cours chez elle en tirant des missiles sur le Golan, voire sur le centre d’Israël, explique l’un de ses réservistes, médecin dans le civil. Ces précautions sont d’autant plus nécessaires que ces ennemis peuvent aussi décider de riposter aux frappes américaines de la nuit dernière en nous visant, puisque nous sommes le meilleur allié des Etats-Unis. Bien sûr, ce n’est pas écrit dans les astres, mais rien n’est prévisible au Proche-Orient et il vaut mieux se tenir prêt.»

L’hypothèse d’un embrasement régional est envisagée de longue date (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

La Russie dénonce une agression et garde sa ligne
sYRIE LE DéBUT DE LA FIN ?
Des frappes qui rebatttent les cartes en Asie
Régime, rebelles, processus de transition… quelles conséquences en Syrie ?
LE COUP DE SEMONCE DE TRUMP

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages