Israël tente d'empêcher la fermeture de l'Agence juive en Russie

Les autorités russes demandent notamment des explications sur les activités des émissaires de l'Agence juive dans leur pays qui dépasseraient le cadre légal. Des allégations repoussées en Israël.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Israël opte pour la voie diplomatique pour tenter d'aplanir le différend avec Moscou. Le ministère russe de la Justice a demandé la dissolution sur son sol de l'Agence juive, chargé d'aider à l’émigration vers Israël des personnes d'origine juive et leur famille.

Le Premier ministre Yaïr Lapid souligne que son pays continuera d’agir pour que le travail de l’organisme ne s’arrête pas. Et les responsables de l’Agence rejettent les accusations selon lesquelles ses émissaires violeraient la loi russe. « C’est tout à fait ridicule, bien sûr, réagit Ygal Palmor, le porte-parole de l’organisme. Nous avons été convoqués le 28 [juillet] pour le début de la procédure. Une délégation de conseillers juridiques va se déplacer à Moscou. On verra comment cela continue. Ces démêlés avec la justice russe ne sont jamais simples. »

Les détails de la demande russe restent flous, estime-t-on en Israël. Les relations entre Israël et la Russie traversent un épisode de tensions lié à la guerre en Ukraine. Les dirigeants israéliens qui tentent de naviguer au plus près dans ce conflit se sont attirés les critiques des deux parties. Plus d’un million de juifs originaires de l’ex-URSS vivent aujourd’hui en Israël.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles