Frappes aériennes israéliennes contre le Liban après des tirs de roquettes

·2 min de lecture
ISRAËL PROCÈDE À DES FRAPPES AÉRIENNES CONTRE LE LIBAN APRÈS DES TIRS DE ROQUETTES

par Rami Ayyub

JÉRUSALEM (Reuters) - L'armée israélienne a fait état de raids aériens tôt jeudi matin en territoire libanais - une première depuis plusieurs années - en représailles à des tirs de roquettes la veille depuis le Sud-Liban.

Cette escalade transfrontalière s'inscrit dans un contexte de tensions accrues dans la région après la tentative de piratage d'un pétrolier dans le golfe d'Oman, qu'Israël et les Etats-Unis ont imputée à l'Iran alors que Téhéran a démenti toute implication.

Les tirs de roquettes de mercredi, à l'origine de feux de broussailles dans le nord d'Israël, n'ont pas été revendiqués mais le sud du Liban est une place forte du Hezbollah, milice chiite libanaise soutenue par l'Iran.

Après avoir répliqué par une série de tirs d'artillerie mercredi, Israël a procédé à des frappes aériennes dans la région, l'armée précisant dans un communiqué que ces frappes avaient ciblé les sites et infrastructures depuis lesquels ces roquettes avaient été lancées.

Selon la chaîne de télévision du Hezbollah, Al Manar, deux raids israéliens ont ciblé la banlieue de la commune libanaise de Mahmoudiyah, à une douzaine de kilomètres de la "ligne bleue" de démarcation entre les deux pays, sans faire de victimes.

Le président libanais Michel Aoun a estimé que ces frappes - les premières ciblant des villages libanais depuis 2006 selon lui - montraient une escalade des "intentions belliqueuses" d'Israël envers son pays, constituaient une menace directe pour la sécurité et la stabilité du Sud-Liban et violaient les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu.

Le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a déclaré à la télévision israélienne YNet TV que "cette attaque avait pour but de faire passer un message". "Evidemment nous pourrions faire bien plus et nous espérons que nous n'en arriverons pas là", a-t-il ajouté.

Selon Benny Gantz, une faction palestinienne serait responsable des tirs de roquette de mercredi.

La ligne bleue, établie par les Nations unies après le retrait d'Israël du Sud-Liban en 2000, est relativement calme depuis le conflit qui a opposé en 2006 l'Etat hébreu au Hezbollah.

Des frappes israéliennes ont visé des caches du Hezbollah dans la région frontalières l'été dernier. Israël indique que sa dernière frappe à l'intérieur du territoire libanais date de 2014 alors que la chaîne Al Manar fait état d'une telle frappe en 2015.

(Avec Dan Williams et Ari Rabinovitch à Jerusalem, Alaa Swilam and Ahmed Tolba au Caire et Suleiman al-Khalidi à Amman ; version française Myriam Rivet, édité par)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles