Israël: Le président va nommer un candidat pour former un nouveau gouvernement

par Jeffrey Heller
·2 min de lecture
ISRAËL: LE PRÉSIDENT VA NOMMER UN CANDIDAT POUR FORMER UN NOUVEAU GOUVERNEMENT

par Jeffrey Heller

JERUSALEM (Reuters) - Le président israélien Reuven Rivlin a prévu d'annoncer mardi le nom du candidat chargé de tenter de former un nouveau gouvernement, après des consultations menées avec les partis politiques qui ont semblé placer le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu comme favori pour cette mission.

Reuven Rivlin, en sa qualité de chef de l'Etat, dispose toutefois d'une complète latitude pour nommer un Premier ministre désigné. Il a indiqué lundi que des "considérations éthiques" pourraient entrer en jeu, une référence probable aux accusations de corruption pour lesquelles Benjamin Netanyahu est actuellement jugé.

Les élections législatives du mois dernier, les quatrièmes en Israël en trois ans, ont débouché sur une nouvelle impasse politique, ni l'alliance conservatrice de Benjamin Netanyahu ni la potentielle alliance de ses rivaux n'ayant obtenu suffisamment de sièges pour disposer d'une majorité parlementaire.

Cette impasse est restée sans issue malgré les discussions marathon engagées par Reuven Rivlin avec l'ensemble des partis représentés à la Knesset.

Un porte-parole du président israélien a fait savoir que le cycle de consultations était terminé et qu'une décision serait annoncée mardi.

Benjamin Netanyahu a reçu une recommandation de 52 des 120 élus de la Knesset, tandis que Yair Lapid, chef du parti centriste Yesh Atid, a obtenu 45 soutiens et Naftali Bennett, du parti d'extrême droite Yamina, sept.

Trois partis, détenant au total 16 sièges, ont refusé de choisir un candidat lors de leur entretien avec Reuven Rivlin.

Benjamin Netanyahu a récemment appelé Naftali Bennett et un autre ancien allié, Gideon Saar, à se joindre à lui afin de sortir de l'impasse. Cependant Bennett a refusé de s'engager fermement au côté de Netanyahu, avec lequel il a une relation tourmentée, et Saar a indiqué ne pas vouloir faire parti d'un gouvernement Netanyahu, citant les accusations de corruption visant ce dernier.

(version française Jean Terzian)