Israël-Palestine : une reprise du dialogue pleine d’incertitudes

Clément Parrot
Israël-Palestine : une reprise du dialogue pleine d’incertitudes

Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a réussi à renouer le dialogue. Lundi 29 et mardi 30 juillet, Israéliens et Palestiniens s'assoient une nouvelle fois autour de la table, à Washington (Etats-Unis), pour reprendre des négociations directes en vue d’un accord de paix. Interrompue depuis septembre 2010, la reprise a été rendue possible avec la décision du cabinet israélien, dimanche, de libérer 104 prisonniers palestiniens.

Malgré ce geste, les accords de paix semblent encore loin. Avec l’aide de Frédéric Encel, maître de conférences à Sciences-Po Paris et professeur à l’ESG Management School, et Sébastien Boussois, docteur en sciences politiques et senior advisor à l'Institut européen de recherche sur la coopération méditerranéenne et euro-arabe, francetv info fait le point sur six problématiques auxquelles seront confrontées les deux parties.

1Deux pays, mais avec quelles frontières ?

Benyamin Netanyahu a déjà accepté depuis 2009 le principe d'un Etat palestinien démilitarisé, rappelle Le Figaro. En revanche, le Premier ministre israélien a rejeté la demande de l’Autorité palestinienne de négocier sur la base des frontières d’avant juin 1967 (voir la carte de La documentation française). Concernant un nouveau dessin des frontières, Sébastien Boussois n’envisage pas "d'échanges massifs de territoire", évoquant plutôt "des modifications mineures sur leurs frontières". Avec ses multiples colonies israéliennes, le territoire palestinien ressemble "à un gruyère", commente le spécialiste du Proche-Orient.

Frédéric Encel se veut plus optimiste sur cette question, qu’il considère moins difficile qu’il n’y paraît : "Ça a déjà été négocié à Camp David en 2000 et à Annapolis en 2007. On était presque arrivés à un accord sur un échange de territoires équivalents en surface." Concrètement, Israël investissait environ 10% des territoires palestiniens correspondant à ses principales zones d’implantation, en échange de (...) Lire la suite sur Francetv info

Y a-t-il encore des pays pour soutenir Mohamed Morsi ?
Saint-Jacques-de-Compostelle : le conducteur du train téléphonait au moment de l'accident
VIDEO. Ce que Jean-François Copé a dit au Congo
En Syrie, dans les décombres du quartier de Homs repris par le régime
Foot : le président du Bayern Munich mis en accusation pour fraude fiscale