Israël-Palestine : pourquoi la solution diplomatique est-elle "dans une impasse" ?

·1 min de lecture

Ce nouveau cycle de violences vient rappeler à quel point la paix reste un horizon bien lointain. Après cinq jours de combats entre Israël et les militants palestiniens à Gaza, le dernier bilan des autorités palestiniennes faisait état vendredi de 126 morts et 950 blessés dans les bombardements israéliens, tandis que les roquettes lancées sur Israël ont tué 9 personnes et fait plus de 560 blessés. Et malgré les appels de la communauté internationale, force est de constater que la diplomatie se trouve dans "une impasse prolongée" depuis maintenant vingt ans, constate le sociologue Alain Dieckoff, qui distingue plusieurs causes à cet affaiblissement de la solution diplomatique. 

>>Retrouvez les émissions de Frédéric Taddeï tous les week-ends de 9h à 10h sur Europe 1 ainsi qu’en podcast et en replay ici

La violence de la seconde Intifada

"Ce qui a tué la démarche diplomatique est à l'évidence la seconde Intifada, qui a duré de 2000 à 2005 et qui a été caractérisée par une très grande violence des deux côtés", explique Alain Dieckoff, rappelant "les attentats-suicides du côté palestinien et la répression très violente de l'armée israélienne pour y mettre fin".

Le durcissement de la politique israélienne

Et une fois cette Intifada terminée, "la diplomatie n'a plus jamais pu reprendre ses droits", constate-t-il, notamment en raison d'un net durcissement politique côté israélien "avec l'avènement de Benjamin Netanyahu à partir de 2009". Ce dernier, encore au pouvoir aujourd'hu...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles