Israël-Palestine : la photo du petit Grégory détournée sur la Toile

·1 min de lecture
La photo du petit Grégory Villemin, dont le corps a été retrouvé sans vie dans la Vologne en 1984, a fait l’objet d’une supercherie sur les réseaux sociaux. (Photo d'illustration)
La photo du petit Grégory Villemin, dont le corps a été retrouvé sans vie dans la Vologne en 1984, a fait l’objet d’une supercherie sur les réseaux sociaux. (Photo d'illustration)

Vendredi 21 mai 2021, la photo du petit Grégory Villemin, dont le corps a été retrouvé sans vie dans la Vologne en 1984, a fait l'objet d'une supercherie inattendue sur les réseaux sociaux, dans le cadre du conflit israélo-palestinien. Le faux compte Twitter Houria Tah, qui a depuis été supprimé, a publié un message dénonçant la mort d'un enfant prénommé Ismail Ashur, « noyé par l'armée d'occupation ». Et de fustiger : « Aucun média sioniste ne relaiera l'information. » Un tweet ponctué par les hashtags #GazaUnderAttack et #IsraelTerrorists, rapporte Le Parisien. Pour illustrer cette publication, la célèbre image du petit Grégory a été utilisée, déclenchant une vague de railleries sur le réseau social à l'oiseau bleu. De quoi déclencher, aussi, des attaques anti-Hamas sur la Toile.

Derrière cette fake news montée de toutes pièces se cachent en fait des pro-israéliens. En tombant sur le compte Facebook « Neurchi de Sionisme décomplexé », des internautes ont compris qu'il s'agissait là d'une supercherie. « On va voir un peu jusqu'où va leur connerie. Objectif : 2 000 retweets », était-il écrit dans une conversation entre les membres du groupe. Le but : créer une fake news pour tourner en dérision le camp adverse, précise Le Parisien.

À LIRE AUSSIIsraël-Palestine : Instagram vs la réalité

« C?est le principe de la propagandeAurélie Aubert

Ce genre de tromperie ne date pas d'hier. « Le détournement d'images pour faire des fausses informations, cela a toujours [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles