«Pour Israël, la paix est un investissement»

Libération.fr

Erel Margalit, numéro 2 du parti travailliste israélien et entrepreneur high-tech, est contre l'initiative française sur la reconnaissance de la Palestine et appelle l'économie d'Israël à s'ouvrir.

Entrepreneur high-tech et créateur de JVP (Jerusalem Venture Partners), l'un des principaux fonds d’investissement israéliens de la nouvelle économie, Erel Margalit, actuel numéro 2 du parti travailliste, incarne une gauche sans tabou, profondément novatrice aussi bien vis-à-vis de l’économie que du processus de paix.

 

Comment jugez-vous ces appels à une reconnaissance de l’Etat de Palestine ?

De telles initiatives ne peuvent être que contre-productives et j’y suis opposé justement parce que je suis un partisan convaincu de la paix au travers d’une solution à deux Etats. L’Autorité palestinienne est en train de lancer une initiative unilatérale au travers de l’ONU. En Israël, des gens proposent de se retirer unilatéralement sur les frontières de 1967. Cela ne permet pas de trouver une solution aux questions les plus sensibles pour la constitution de l’Etat palestinien. Il y a la question des implantations israéliennes, celle de la sécurité, celle de sa frontière orientale avec la Jordanie, avec les contrôles rendus encore plus nécessaires aujourd’hui alors que montent le terrorisme et l’extrémisme dans les pays voisins.

Il y a la question de Jérusalem et celle d’un échange de territoires. Il y a aussi celle d’une liaison physique entre Gaza et la Cisjordanie et Israël doit être associé à la solution. Ces défis complexes ne peuvent trouver une solution que par la discussion directe et un accord que chacun s’engage à respecter, même si la négociation aura été difficile et qu’il aura fallu faire des concessions des deux côtés.

Je suis très critique de l’attitude du gouvernement de Nétanyahou dans ce dossier, mais en tant que membre de l’opposition, je demande aux Européens de plutôt nous aider à mener ces discussions directes avec les Palestiniens. Une (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

«"Deux peuples, deux Etats" ? Une utopie !»
Palestine : la France fait sa résolution
Pour la reconnaissance de l’Etat de Palestine par la France
Reconnaître l’Etat de Palestine, maintenant
La Palestine proche de son heure ?