En Israël, un nouveau "pshitt dans le nez" en prévention du coronavirus

·1 min de lecture

En plus des vaccins déjà en circulation, un simple spray nasal pourrait s’avérer être la nouvelle arme fatale contre le Covid-19... Mais pas que. SaNotize, une firme de biotechnologie israélo-canadienne, affirme avoir trouvé la formule permettant d’éradiquer les virus à plus de 99%

Un cri de victoire qui a été pris au sérieux au plus haut niveau. SaNotize, une firme de biotechnologie israélo-canadienne, affirme avoir trouvé la formule permettant d’éradiquer à plus de 99% des virus en l’espace de deux minutes, sans aucun autre traitement. Résultat : les ministères israéliens et néo-zélandais de la Santé ont d'ores et déjà donné leur feu vert pour la mise immédiate sur le marché de ce dispositif médical sous l’appellation d’Enovid. Les autorités sanitaires britanniques et canadiennes devraient suivre rapidement l’exemple à la suite de tests. Une chaîne de production a même déjà été mise en route à Ness Ziona dans le sud de Tel Aviv.Gilly Regev, co-fondatrice de SaNotize, a expiqué qu’un simple inhalateur suffisait pour un mois de traitement à raison de deux prises quotidiennes. Ce médicament peut être administré à partir de 12 ans. D’ici le mois de mai, 200.000 à 500.000 doses vont être produites avant de passer à un million par mois, voire plus pour la suite.Un médicament qui serait efficace à 95% et sans effets secondaires notablesDes tests cliniques sur des êtres humains ont été réalisés dans des hôpitaux installés dans le Surrey en Grande Bretagne, ainsi que dans...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République