Israël et le Hamas s'entendent sur un cessez-le-feu qui devrait entrer en vigueur ce vendredi

·2 min de lecture
Tirs de roquettes depuis Gaza en direction d'Israël le 15 mai 2021 - MAHMUD HAMS © 2019 AFP
Tirs de roquettes depuis Gaza en direction d'Israël le 15 mai 2021 - MAHMUD HAMS © 2019 AFP

Israël et le Hamas, mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, ont chacun annoncé jeudi soir avoir approuvé un accord de cessez-le-feu visant à mettre fin à plus de dix jours d'affrontements meurtriers.

"Le cabinet (de sécurité) a accepté à l'unanimité la recommandation de l'ensemble des responsables sécuritaires (...) d'accepter l'initiative égyptienne de cessez-le-feu bilatéral sans conditions", ont indiqué dans un communiqué les autorités israéliennes. Dans la bande de Gaza, le Hamas a confirmé l'entrée en vigueur de cette trêve dès 2 heures locales vendredi (jeudi 23 heures GMT).

230 morts côté palestinien, 12 morts en Israël

Cette annonce intervient après plus de 10 jours d'affrontements sanglants entre Israël et ces groupes, en premier lieu le Hamas qui avait lancé les hostilités le 10 mai en tirant des salves de roquettes vers Israël en solidarité avec les centaines de Palestiniens blessés lors d'affrontements avec la police israélienne sur l'esplanade des Mosquées de Jérusalem, le troisième lieu saint de l'islam.

Après ces premiers tirs de roquette, Israël a lancé une opération militaire visant à "réduire" les capacités militaires du Hamas en multipliant les frappes aériennes contre ce micro-territoire de deux millions d'habitants sous blocus israélien.

De leurs côtés, le Hamas et le Jihad ont lancé plus de 4300 roquettes vers Israël, des tirs d'une intensité inégalée contre l'Etat hébreu, qui dispose d'un bouclier antimissile ayant permis d'intercepter 90% de ces projectiles.

Les affrontements ont fait plus de 230 morts côté palestinien, dont une soixantaine d'enfants et de nombreux combattants du Hamas et du Jihad islamique, et 12 morts en Israël, dont un enfant de six ans, une adolescente de 16 ans et un soldat.

Jeudi, avant l'annonce de la trêve, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait estimé que la poursuite des tirs israéliens et palestiniens était "inacceptable" et appelé à ce que les affrontements cessent "immédiatement".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles