Israël fait le bilan de ses opérations militaires en 2020

·1 min de lecture

Comme chaque fin d’année, l’armée israélienne fait le bilan de ses opérations. Dans un rapport publié ce 31 décembre, le haut commandement militaire d’Israël affirme avoir frappé 500 cibles ennemies, dont 50 qui se trouvaient en Syrie. L’État hébreu ne commente que très rarement ses opérations, considérées comme secrètes.

De notre correspondant à Jérusalem,

Les opérations israéliennes en Syrie sont peut-être secrètes, mais leur objectif n’a rien de confidentiel : il s’agit d’éradiquer la présence iranienne, considérée par l’État hébreu comme une véritable menace à sa frontière.

Milices chiites, conseillers militaires iraniens déployés en Syrie : la République Islamique apporte un soutien sans faille au régime de Bachar Al Assad dans sa guerre contre les groupes rebelles et les groupes djihadistes, qualifiés indistinctement de « terroristes ».

50 cibles syrienne bombardées

Depuis 2011, et le début du conflit en Syrie, les forces israéliennes multiplient les opérations extérieures. Des centaines de frappes ont été menées principalement contre des positions iraniennes, aussi bien dans le nord syrien, près d’Alep, que dans les environs de Damas, la capitale.

Cette année, en Syrie, 50 cibles ont donc été bombardées. Le plus souvent les médias officiels syriens rapportent des frappes contre des « dépôts d’armement ».

L’armée israélienne de son côté, ne révèle aucun détail de ses opérations. Sur son compte Twitter, l’un de ses porte-paroles a posté une vidéo promotionnelle vantant l’efficacité d’une armée « imbattable » déployée sur plusieurs fronts : de Gaza au Liban en passant par la Syrie, pour mener une guerre présentée comme « préventive ».