Israël extrade vers l'Australie une femme accusée de pédocriminalité

·2 min de lecture

Ancienne directrice d'école en Australie, Malka Leifer avait fui ce pays pour rejoindre Israël en 2008 après le dépôt d'une plainte contre elle par une ancienne élève.

Israël a extradé vers l’Australie, lundi 25 janvier, Malka Leifer, une ancienne directrice d'école juive ultra-orthodoxe accusée d'abus sexuels sur plusieurs de ses élèves dans ce pays, a indiqué le ministère de la Justice.

Un communiqué du ministère a "confirmé l'expulsion", après que des médias israéliens ont indiqué que Malka Leifer, une Israélienne, avait embarqué tôt lundi matin à bord d'un avion en direction de l'Australie, via Francfort en Allemagne.

Selon des médias australiens, elle fait face à 74 chefs d'accusation d'abus sexuels sur des fillettes. Le site d'informations israélien Ynet a publié une photo sur laquelle on la voit embarquer à bord d'un avion à l'aube, avec des menottes aux chevilles. Ses mains ne sont pas visibles sur l'image.

Cette extradition intervient quelques heures avant la suspension des vols internationaux depuis et vers l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, dans le cadre de nouvelles mesures sanitaires visant à limiter la propagation de variants du coronavirus.

Malka Leifer s'était enfuie d'Australie en 2008 après le dépôt d'une plainte contre elle par une ancienne élève. Selon des médias israéliens, elle vivait avec sa famille dans la colonie israélienne d'Immanuel, dans le nord de la Cisjordanie occupée. Elle avait été arrêtée en 2018.

Tensions diplomatiques

"Je suis sûr que les juges sont très bien et seront convaincus par les arguments présentés par la défense en son nom et qu'ils lui assureront un procès équitable", a indiqué son avocat Nick Kaufman à l'AFP.

L'affaire est très suivie en Australie et cela pourrait être un obstacle, a ajouté l'avocat, précisant que la "publicité négative" contre sa cliente pourrait être une question soulevée lors du procès.

Israël avait autorisé mi-décembre son extradition après le rejet par la Cour suprême israélienne d'un recours de Malka Leifer, mettant fin à six années de bataille judiciaire.

"Après de nombreuses années, après une tentative abjecte de se faire passer comme mentalement malade et, à la lumière du jugement de la Cour suprême, il est de notre devoir moral d'autoriser à ce qu'elle soit poursuivie en justice", avait affirmé le ministre de la Justice alors en poste, Avi Nissenkorn.

L'affaire avait provoqué des tensions entre Israël et l'Australie, deux pays alliés. "Un pas de plus vers la justice", a réagi l'ancien ambassadeur australien en Israël, Dave Sharma, sur Twitter.

"Que Leifer ait pu échapper à la justice si longtemps est une farce", a estimé lundi la Fédération sioniste australienne. "Si c'est un soulagement que le système judiciaire israélien ait finalement prévalu, le temps et la procédure ayant résulté des reports sont complètement inacceptables".

Avec AFP