Israël espère se rapprocher d'un cinquième pays musulman avant le départ de Trump

par Dan Williams
·2 min de lecture
ISRAËL ESPÈRE SE RAPPROCHER D'UN CINQUIÈME PAYS MUSULMAN AVANT LE DÉPART DE TRUMP

par Dan Williams

JÉRUSALEM (Reuters) - Israël s'emploie à officialiser ses relations avec un cinquième pays musulman, situé en Asie, avant que le président américain Donald Trump ne quitte le pouvoir dans moins d'un mois, a déclaré mercredi un ministre israélien.

La Maison blanche a négocié depuis septembre des rapprochements diplomatiques entre Israël et quatre pays musulmans, les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc.

Interrogé par le site d'information Ynet TV à propos de l'inscription d'un cinquième pays à la liste avant que Donald Trump ne quitte la présidence américaine le 20 janvier prochain, le ministre israélien de la Coopération régionale Ofir Akunis a répondu : "Nous travaillons dans cette direction."

"Je crois (...) qu'il y aura une annonce de la part des États-Unis au sujet d'un autre pays prêt à officialiser ses relations avec Israël et, en substance, avec l'établissement d'un accord - un accord de paix", a-t-il indiqué.

La Tunisie a fait savoir mardi qu'elle ne comptait pas normaliser ses liens avec l'Etat hébreu.

Selon Ofir Akunis, il y a deux principaux pays candidats à la normalisation de leurs relations avec Israël. L'un, situé dans le Golfe, pourrait être Oman mais ne serait pas l'Arabie saoudite tandis que l'autre, plus à l'est, est un "pays musulman qui n'est pas petit" autre que le Pakistan.

L'Indonésie, pays musulman le plus peuplé, a proclamé la semaine dernière qu'elle ne reconnaîtrait pas Israël tant que les demandes d'un État palestinien ne seraient pas satisfaites, une politique imitée par sa voisine sud-asiatique, la Malaisie.

À Dacca, un responsable du ministère des Affaires étrangères a indiqué que le Bangladesh n'était pas non plus intéressé par l'instauration de relations diplomatiques avec Israël.

Alors que les négociations israélo-palestiniennes, entamées il y a un plus d'un quart de siècle, sont au point mort depuis 2014, les Palestiniens craignent d'être mis à l'écart par ce processus de normalisation.

(Avec la contribution de Rozanna Latiff et Rula Paul, version française Juliette Portala, édité par Jean-Stéphane Brosse)