Israël : enquête sur un possible recours à Pegasus pour espionner ses citoyens

·1 min de lecture
© JOEL SAGET / AFP

Le ministère de la Justice en Israël a promis mercredi une enquête approfondie sur des allégations selon lesquelles le logiciel Pegasus a été utilisé pour espionner des citoyens israéliens, y compris des personnes ayant mené les protestations contre l'ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu .

Propriétaire de Pegasus, le groupe israélien de cybersécurité NSO s'est retrouvé exposé en 2021 après des enquêtes publiées par un consortium de 17 médias internationaux affirmant que son logiciel avait permis d'espionner les numéros de journalistes, d'hommes politiques parmi lesquels des chefs d'Etat, des militants et des chefs d'entreprises dans différents pays.

Pegasus, aussi utilisé par la police ?

Cette semaine, le quotidien économique israélien Calcalist a rapporté que Pegasus avait également été utilisé pour espionner des citoyens israéliens qui avaient mené des protestations en 2021 contre Benjamin Netanyahu quant il était encore Premier ministre et contre d'autres Israéliens. Des accusations fermement démenties par la police israélienne.

Le ministre israélien de la Sécurité intérieure, Omer Bar-lev, a réagi de manière plus nuancée: "Il n'y a pas eu d'écoutes téléphoniques ou de piratage de la part de la police sans l'accord préalable d'un juge". Après les informations de Calcalist, le ministère de la Justice a annoncé dans un communiqué l'ouverture d'une enquête. L'Autorité de la protection de la vie privée, un département du ministère, a affirmé que la possibilité d'une utilisa...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles