Israël dévoile des fragments d’un parchemin biblique vieux de 2 000 ans

·2 min de lecture

Il s'agit d'une découverte archéologique exceptionnelle : Israël a dévoilé cette semaine des fragments d’un parchemin biblique vieux de 2 000 ans. Ce manuscrit et d’autres pièces d’une valeur inestimable ont été mis au jour dans le désert de Judée et se trouvent désormais dans le laboratoire du département d’archéologie du Musée d’Israël.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa

À l’aide de son badge et d’un code, le docteur Joe Uziel du département d’archéologie du musée d’Israël ouvre la lourde porte de son laboratoire. À l’intérieur, les fragments de parchemin sont disposés dans des cadres sous verre, sur une large table.

« Pour la première fois depuis des années, nous avons des fragments supplémentaires de textes biblique qui proviennent du désert, explique-t-il. Ces fragments font partie des fameux manuscrits de la mer Morte, découverts dans les années 1950. Sur ces fragments, le texte est écrit en grec, à l’exception du mot Dieu, qui est écrit en hébreu ancien. »

Lutter contre le pillage du patrimoine

Les célèbres manuscrits de la mer Morte ont été découverts dans une caverne dans le désert de Judée entre 1947 et 1956. Cette fois-ci, les fouilles à cet endroit ont également mis au jour d’autres vestiges et notamment un panier tressé vieux de 10 500 ans. Le docteur Joe Uziel et son équipe l’emballent délicatement.

« Ce panier date de la période néolithique. C’est une pièce précieuse, il faut en prendre soin, poursuit-il. Le climat du désert aide à la préservation des matières organiques et donc pour le stocker, nous devons reproduire les mêmes conditions climatiques : température, taux d’humidité, tout doit être identique. Il faut qu’on le remette rapidement dans une pièce adaptée. »

L’autre objectif de ces fouilles archéologiques consiste à lutter contre le pillage de patrimoine. L’opération d’excavation s’est étendue jusqu’à la partie du désert de Judée située en Cisjordanie occupée.

À lire aussi : Les manuscrits de la mer Morte: des grottes de Qumrân à internet