Israël: un détenu palestinien cesse sa grève de la faim

·2 min de lecture

Cela faisait plus de 100 jours qu'il était en grève de la faim. Maher Al Akhras, un Palestinien arrêté par Israël, protestait contre sa détention administrative, un régime qui permet aux autorités israéliennes de maintenir une personne en détention sans qu'elle ne soit jugée. Alors que son état de santé était jugé très critique, un accord a finalement été trouvé avec Israël et il a annoncé ce vendredi la fin de son mouvement de protestation.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Pour les Palestiniens, Maher Al Akhras était devenu un symbole de la lutte contre un système judiciaire qu'ils considèrent arbitraire. Arrêté fin juillet, cet agriculteur est accusé d'être membre du Jihad Islamique, une organisation considérée comme terroriste par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne. Des accusations qu'il nie mais le régime administratif de sa détention, validé par la Cour suprême israélienne, permettait son maintien en prison sans procès ni accès aux pièces du dossier constitué contre lui.

En cessant de s'alimenter, Maher Al Akhras avait engagé un bras de fer avec les autorités israéliennes pour obtenir qu'il soit mis fin à ce régime de détention administrative le visant. Ces dernières semaines, la Croix-Rouge avait exprimé son inquiétude et appelé à ce qu'une solution soit trouvée. Un rapporteur des Nations unies avait réclamé sa libération et la direction palestinienne, elle, avait saisi le secrétaire général de l'ONU.

Ce vendredi, au bout de 103 jours de grève de la faim, Maher Al Akhras a finalement accepté de s'alimenter à nouveau. Selon ses soutiens, il a obtenu l'assurance d'Israël que sa détention administrative ne serait plus renouvelée. Il devrait donc être libéré le 26 novembre, date jusqu'à laquelle il restera hospitalisé en raison de son état de santé.