Israël: déferlement de haine à l'occasion de la Marche des drapeaux à Jérusalem

Comme tous les ans, avec la Marche des drapeaux à Jérusalem, Israël célèbre la « réunification » de la Ville sainte. En 1967, l’État hébreu a conquis Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville, depuis occupée illégalement. Chaque fois, cette journée donne lieu à un véritable déferlement de haine. Et cette année encore plus, dans le contexte de la guerre à Gaza.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhekifa

Des hordes de jeunes Israéliens, majoritairement des colons, parfois armés, ont pénétré par vagues successives dans la vieille ville de Jérusalem où les habitants sont à 90% Palestiniens, musulmans et chrétiens.

Sous protection policière, les jeunes colons ont brandi fièrement leurs drapeaux israéliens. Objectif : revendiquer les lieux. Leurs slogans : une expression de haine à l’état brut : « Morts aux Arabes. Que vos villages brûlent ». Des insultes, doigts d’honneur, crachats, menaces de mort.

Et surtout la volonté d'imposer une nouvelle réalité, en changeant le statu quo autour de l'Esplanade des mosquées. Pour eux, le troisième lieu saint de l'islam est en fait le mont du Temple, également sacré dans le judaïsme. « Et il est à nous », dit le ministre de la Sécurité nationale, le radical nationaliste Itmar Ben Gvir.

« Une minorité »

Comme chaque année, les autorités israéliennes bouclent la ville. Les commerçants Palestiniens sont contraints de baisser le rideau et de se confiner chez eux. Cloîtrés, ils subissent impuissants ce déchaînement d’agressivité au pied de leurs maisons.


Lire la suite sur RFI