Israël: un collectif de parents de soldates et soldats demande la fin de la guerre

Israël rend hommage à ses soldats morts depuis la naissance du pays, à l'occasion de Yom Hazikaron. Depuis la guerre du Kippour en 1973, l'État hébreux n’avait jamais connu un bilan aussi lourd que ces derniers mois. Plus de 600 soldats ont perdu la vie depuis l’attaque du Hamas. La majorité dès le 7 octobre, les autres dans les combats à Gaza. Un collectif de parents de soldates et de soldats dit « stop ».

Avec notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa

Alors que le pays s’enlise dans une guerre qui semble sans fin, ces parents refusent « le sacrifice inutile » de leurs enfants. « Mon fils est soldat », déclare Anat Mogilner, mère de quatre. L’un deux est déployé à Gaza depuis le début de la guerre. « Il a 21 ans. Il est allé à Jabaliya. Et il a aussi participé à la dernière opération qui a visé l’hôpital al-Chifa », ajoute-t-elle.

Les soldats ont un devoir de réserve. Ils ne peuvent pas s’exprimer librement. « Alors nous, parents, sommes leurs porte-voix », dit Anat. « Nous le voyons clairement : cette guerre n’a pas d’objectif précis. Le gouvernement n’a pas de plan, il ne prépare pas le jour d’après. Nos enfants risquent de payer de leur vie cette absence de vision de nos dirigeants. Et en tant que parents, nous ne pouvons pas l’accepter », témoigne Anat.

« Ce sera aussi un piège mortel pour les soldats qui y entreront »


Lire la suite sur RFI