Israël: la coalition au pouvoir annonce la dissolution du Parlement

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Des semaines d’instabilité politique en Israël et à la clé : la chute probable du gouvernement. La coalition au pouvoir, dirigée par le Premier ministre Naftali Bennett et le chef de la diplomatie Yaïr Lapid, annonce la dissolution du Parlement. Les deux hommes doivent d’abord soumettre au vote de la Knesset un projet de loi de dissolution, la semaine prochaine. Cela devrait entraîner des élections législatives anticipées.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa

Le scrutin législatif doit être organisé dans un délai de trois mois. Mais il y a toutefois une autre possibilité : que quelqu’un parvienne à former un nouveau gouvernement, durant cette période.

Ce quelqu’un, c’est bien entendu l’ancien Premier ministre Benyamin Netanyahu. Converti en chef de fil de l’opposition, il attendait ce moment avec impatience. Celui que les Israéliens surnomment « Bibi », avait juré de revenir au pouvoir, et même de faire tout son possible pour faire tomber le gouvernement actuel, fruit d’une coalition inédite.

Cet exécutif rassemble des partis de la droite, du centre, de la gauche et même un parti islamiste. Un attelage unique dans l’histoire de l’État hébreu.

Tous ces partis s’étaient rassemblés avec pour seul objectif commun : chasser du pouvoir l’ancien Premier ministre Benyamin Netanyahu.

Mais après une année, ils n’auront pas su surmonter leurs différends.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles