Israël : "Il y a bien une corrélation entre augmentation de la vaccination et baisse des contaminations"

·1 min de lecture

En Israël, alors que plus de la moitié de la population a reçu les deux doses du vaccin Pfizer/BioNTech, les indicateurs épidémiologiques sont à la baisse depuis plusieurs semaines. Le résultat d’une campagne de vaccination massive conjuguée à des mesures de restrictions sanitaire selon Pascal Crépey, épidémiologiste à l’EHESP de Rennes.

Dans les pays où elle est massive, la vaccination semble prouver son efficacité. Israël et le Royaume-Uni font partie du top dix de ceux-là, avec respectivement, 60 % et 45 % de vaccinés. Deux pays à rebours de la France, dans lesquels, au fur et à mesure que la vaccination augmente, les indicateurs épidémiques chutent.En Israël par exemple, seul 1 % des tests PCR réalisés sont positifs ces derniers jours, contre 6 % mi-février. Dans le même temps, le nombre de personnes hospitalisées dans un état critique est passé de 800 début mars à moins de 400 ces derniers jours. Même constat au Royaume-Uni où le nombre de morts par jour ainsi que les contaminations quotidiennes ne cessent de baisser (passant de 60 000 mi-janvier à 5 000 fin mars).D’après Pascal Crépey, épidémiologiste et enseignant-chercheur à l’École des hautes études de Santé publiques de Rennes, les deux pays récoltent les bénéfices de la vaccination, mais pas que. Entretien.Marianne : Ces dernières semaines, en Israël, on observe que les indicateurs épidémiologiques sont en baisse, notamment les niveaux de contamination. Peut-on l’attribuer au fait que près de 60 %...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République