Israël: Benyamin Nétanyahou évoque de possibles élections anticipées

Libération.fr
Le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, le 5 mars à Jérusalem.

Le Premier ministre pourrait avancer le scrutin prévu en 2019. Une façon de mettre à plat les tensions au sein de son gouvernement, mais aussi de faire oublier ses ennuis judiciaires.

Des élections anticipées en Israël ? Peut-être, mais pas tout de suite. Du moins pas avant le retour à la fin de la semaine de Benyamin Nétanyahou, actuellement en voyage officiel en Chine. Dans les couloirs de la Knesset court en effet depuis plusieurs semaines la rumeur selon laquelle le gouvernement pourrait tomber rapidement. Et que des élections se tiendraient au début de 2018, un an avant la fin de l’actuelle législature (2019). Même s’ils n’y croient pas vraiment, les partis se mettent donc en ordre de bataille, louent les services de «conseillers stratégiques» et organisent leurs primaires plus tôt que prévu. A priori, les Israéliens n’ont pourtant aucune raison de se rendre aux urnes. Sur le plan de la sécurité la situation est relativement stable, l’économie est florissante et le pays est en situation de plein-emploi. Mais les formations composant la majorité ne s’entendent sur rien. Ou presque.

Au sein du gouvernement, l’ambiance particulièrement tendue entre le ministre de la Défense Avigdor Lieberman (leader de l’extrême droite laïque) et son homologue de l’Education Naftali Bennett (chef de file de l’extrême droite nationaliste religieuse), lesquels s’insultent publiquement à propos de la présence des femmes dans les rangs de l’armée. Le premier estimant qu’elles ont le droit d’exercer des fonctions combattantes et le second, que leur place et à la cuisine et à la maternité, et que dans tous les cas, leur présence aux côtés de combattants confits de testostérone risque de distraire ces jeunes gens de leur mission.

Cigares cubains et champagne rosé

L’autre motif de tension – celui dont on parle plus en Israël – oppose Nétanyahou à son ministre des Finances Moshé Kahlon (droite modérée). Car durant la précédente législature, le Likoud a décidé de fermer la radiotélévision (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Brexit: à Belfast, la fin de la manne européenne inquiète
Collusion avec la Russie: Trump dénonce de «fausses informations»
Pratiques nazies: Berlin tente de calmer le jeu avec la Turquie
Londres déclenchera le Brexit le 29 mars
Viande avariée au Brésil: Temer organise un barbecue pour rassurer

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages