Israël, « une base terroriste » à combattre, selon l’ayatollah Khamenei

·1 min de lecture
La République islamique instaurée en Iran en 1979 ne reconnaît pas l'État d'Israël, proclamé en mai 1948 après sa reconnaissance par une résolution des Nations unies.
La République islamique instaurée en Iran en 1979 ne reconnaît pas l'État d'Israël, proclamé en mai 1948 après sa reconnaissance par une résolution des Nations unies.

Ali Khamenei a également répété sa condamnation des récentes normalisations des relations entre Israël et plusieurs pays arabes. L'État d'« Israël n'est pas un pays, mais une base terroriste » à combattre, a déclaré vendredi 7 mai le guide suprême iranien en prédisant une nouvelle fois la « chute », selon lui inéluctable, du « régime sioniste ennemi ». « Depuis le premier jour (de leur implantation en Palestine alors sous mandat britannique dans la première moitié du XXe siècle, NDLR), les sionistes ont transformé la Palestine occupée en une base pour le terrorisme », a affirmé l'ayatollah lors d'un discours télévisé.

« Israël n'est pas un pays, mais une base terroriste contre la nation palestinienne et les autres nations musulmanes. Combattre ce régime despotique, c'est se battre contre l'oppression et le terrorisme et c'est le devoir de chacun », a-t-il ajouté lors d'une allocution à l'occasion de la « Journée de Jérusalem » célébrée par la République islamique chaque quatrième vendredi du mois de ramadan. Ali Khamenei s'en est pris à l'« accord du siècle », ainsi qu'a été présenté le « plan de paix » pour le Proche-Orient de l'ex-président américain, embrassé par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou mais rejeté en bloc par les Palestiniens.

La chute d'Israël inévitable, selon l'ayatollah

« "L'accord du siècle", qui est un échec, et les tentatives de normalisation des relations entre le régime d'occupation (Israël, NDLR) et quelques gouvernemen [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles