Israël annonce avoir encerclé la ville de Gaza

Israël a affirmé, jeudi 2 novembre dans la soirée, avoir encerclé la ville de Gaza et a dit mener un combat rapproché avec le Hamas. Les soldats israéliens ont “achevé l’encerclement de la ville”, où se trouve le “centre de l’organisation terroriste”, et ils “tuent les terroristes au corps à corps, partout où le combat est nécessaire”, a annoncé le porte-parole de l’armée, le général Daniel Hagari.

“Les raids limités ont cédé la place à une véritable invasion terrestre, entraînant de nouveaux dangers pour les civils pétrifiés qui restent chez eux”, constate le Washington Post. Si “les détails sur l’offensive terrestre israélienne restent rares, les journalistes ne pouvant entrer dans la bande de Gaza et les communications étant régulièrement coupées, les entretiens avec les habitants, les experts et les soldats israéliens, ainsi que les vidéos et les images satellite du champ de bataille montrent que les opérations se multiplient et sont sanglantes sur plusieurs fronts”, rapporte le quotidien américain.

“Les forces israéliennes n’ont jamais pénétré aussi profondément dans la bande de Gaza depuis 2005”, remarque pour sa part Al-Jazeera.

Blinken attendu au Proche-Orient

Six jours après le début de l’invasion terrestre, “les forces israéliennes poursuivaient jeudi leurs frappes aériennes (sur l’enclave), dans le cadre de ce que l’armée a déclaré être un effort pour créer un ‘parapluie aérien’ - des tirs depuis les airs pour fournir une couverture aux soldats sur le terrain”, relate de son côté le New York Times.

Et ce malgré les “pressions internationales croissantes pour cesser […] ou au moins interrompre temporairement les combats avec […] le groupe militant palestinien”, afin de permettre l’acheminement de l’aide humanitaire. “Les responsables israéliens ont toujours rejeté ces appels”, expliquant ne pas encore avoir atteint leur objectif de détruire le Hamas, à la suite de ses attaques meurtrières contre le pays le 7 octobre, rappelle le journal américain.

Jeudi, l’amiral Hagari a fait savoir qu’à l’heure actuelle, “l’idée d’un cessez-le-feu” n’était “pas du tout à l’ordre du jour”. “Les forces de défense israéliennes sont en guerre pour démanteler le Hamas”, a-t-il insisté.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :