Le Hamas rapporte de "violents combats" après l'annonce par Israël de l'extension des opérations

Le Hamas a fait état de "violents combats" vendredi soir entre ses combattants et les forces israéliennes qui, selon le mouvement islamiste palestinien, ont effectué des incursions au sol dans deux secteurs de la bande de Gaza, à Beit Hanoun (nord) et al Boureij (centre).

Les frappes israéliennes commencées dans la soirée de vendredi sur la bande de Gaza sont les "plus importantes frappes" contre l'enclave palestinienne depuis l'attaque meurtrière du Hamas du 7 octobre, selon des médias israéliens. L'armée israélienne a confirmé avoir intensifié ses frappes "d'une manière très significative" et a annoncé vouloir "étendre" ses opérations terrestres à Gaza.

Les communications avec l'enclave palestinienne ont été coupées et l'accès à internet a été bloqué. Le Croissant rouge palestinien dit avoir "perdu le contact avec son centre opérationnel et toutes ses équipes dans la bande de Gaza, à cause de la coupure des communications hertziennes et cellulaires et d'internet par les autorités israéliennes".

"La guerre depuis les hôpitaux"

Plus tôt dans la journée de vendredi, l'armée israélienne a accusé le mouvement islamiste de "mener la guerre depuis les hôpitaux" de la bande de Gaza. Il y cacherait notamment ses combattants, ses commandants et des réserves de carburants, qu'il utiliserait pour ses propres infrastructures.

Le Hamas dément et voit derrière ces accusations des déclarations destinées à "ouvrir la voie pour cibler" l'hôpital al-Shifa de Gaza-ville, le plus grand hôpital du territoire palestinien. Selon lui, 40.000 personnes déplacées y ont trouvé refuge.

Une situation humanitaire catastrophique

Déclenchée par les attaques du Hamas sur son territoire, le 7 octobre, la campagne de bombardements israéliens sur la bande de Gaza a tué 7.326 personnes, dont plus de 3.000 enfants, selon le dernier bilan du Hamas.

Les organisations humanitaires alertent quotidiennement sur la situation catastrophique pour les quelque 2,4 millions d'habitants du territoire palestinien, soumis à un blocus complet.

Plus de 1.400 personnes ont été tuées côté israélien, selon les derniers chiffres des autorités israéliennes, qui ont également identifié près de 230 otages enlevés par le Hamas.