Israël affirme avoir neutralisé tous les dirigeants du Djihad islamique à Gaza

Photo MOHAMMED SALEM/REUTERS

En deux jours, l’armée israélienne a éliminé les deux principaux chefs du Djihad islamique dans la bande de Gaza. La mort de Khalid Mansour, qui dirigeait le groupe armé dans la partie sud du territoire, a été annoncée samedi soir, vingt-quatre heures après celle de Tayssir Al-Jarabi, son homologue dans le Nord.

Depuis le lancement vendredi de l’opération Aube naissante, Tsahal affirme avoir tué quinze combattants du Djihad islamique et procédé à dix-neuf arrestations. “Israël a tué toute la haute direction” de l’organisation armée, a résumé samedi le général israélien Oded Basiok, cité par The Times of Israel.

La pire confrontation entre l’État hébreu et les groupes armés de Gaza depuis 15 mois a été déclenchée de façon “préventive” par Israël, qui craignait des représailles du Djihad islamique après l’arrestation le 1er août de l’un de ses chefs en Cisjordanie.

Pas de cessez-le-feu en vue

Les raids israéliens ont également touché “une trentaine d’installations du Djihad, parmi lesquelles deux entrepôts d’armes, et six sites de production de roquettes”, précise la BBC. La riposte de l’organisation a été immédiate et depuis vendredi, plus de 400 projectiles – roquettes et obus de mortier – ont été lancés depuis Gaza, faisant deux blessés côté israélien.

Le bilan est beaucoup plus lourd côté palestinien. Selon le ministère de la Santé palestinien, vingt-quatre personnes sont mortes à Gaza depuis le début des frappes, dont six enfants. Les milices islamistes ont notamment accusé Israël d’avoir tué six civils – dont quatre enfants – dans le camp de réfugiés de Jabalia, mais Tsahal “a démenti toute intervention dans la zone, et attribué l’explosion à la chute d’un missile défectueux du Djihad islamique”, selon El País.

L’ONU et l’Égypte, médiatrice historique entre Israël et les groupes armés, ont lancé une offensive diplomatique pour faciliter un rapprochement entre les belligérants, mais “aucun cessez-le-feu” n’est à l’ordre du jour, observe le New York Times. Israël a confirmé qu’aucune discussion n’était en cours avec le Djihad islamique sur un éventuel arrêt des hostilités, et que son armée se préparait à “une semaine” de raids sur Gaza.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles