Israël: un accord entre Netanyahu et Gantz toujours très improbable

Les députés israéliens n'ont plus qu'une semaine pour trouver un Premier ministre. Si une majorité n'arrive pas à se mettre d'accord sur le nom d'un chef de gouvernement d'ici mercredi prochain, de nouvelles élections - les troisièmes en un an - seront convoquées. Alors que cette perspective se rapproche, les initiatives visant à éviter un troisième scrutin se multiplient.

De notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

La rencontre entre Benyamin Netanyahu et Benny Gantz n'a duré que 45 minutes. Aux yeux des commentateurs, c'est un bon indicateur du fossé qui sépare les deux hommes. Cela fut « suffisant pour eux pour comprendre : ils n'ont plus rien d'autre à se dire », juge ce mercredi le quotidien Yedioth Ahronoth.

« Aucune nouvelle proposition »

« Le dirigeant du Likoud n'a apporté aucune nouvelle proposition répondant à sa situation juridique actuelle »,  a estimé Bleu-Blanc dans un communiqué. La formation centriste exige que Benyamin Netanyahu, désormais mis en examen, se mette en retrait le temps de son procès, estimant qu'il ne peut diriger un gouvernement alors que des accusations aussi lourdes pèsent sur lui. Et Benny Gantz accuse son rival de chercher à obtenir une immunité qui ralentirait les procédures judiciaires et de placer son intérêt personnel au-dessus de celui du pays.

Les partis se préparent à une possible campagne

En réponse, Benyamin Netanyahu rejette la responsabilité de cet échec sur les épaules de l'ancien chef d'état-major et surtout de son allié politique, Yair Lapid, qu'il accuse de bloquer un accord de partage du pouvoir entre les deux principales formations à la Knesset afin de pouvoir devenir Premier ministre. A une semaine de l’expiration du délai donné au Parlement pour trouver un chef de gouvernement, les partis se préparent déjà à une nouvelle campagne et cherchent à faire porter la responsabilité du possible échec des négociations à leur adversaire.

Israël: la stratégie de défense de Benyamin Netanyahu critiquée jusqu’à droite