Israël: à l'approche des législatives, Netanyahu reste vivement contesté dans la rue

·2 min de lecture

À trois jours des élections législatives en Israël, les quatrièmes en moins de deux ans, le mouvement d’opposition populaire au Premier ministre Benyamin Netanyahu, a voulu marquer le coup. Cela fait 39 semaines que ces Israéliens manifestent chaque samedi, au pied de la résidence du Premier ministre, à Jérusalem.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Sami Boukhelifa

Samedi, le rassemblement des anti-Netanyahu était beaucoup plus important que d’habitude. 20 000 personnes se sont rassemblées pour exiger le départ du Premier ministre israélien, inculpé dans plusieurs affaires criminelles et notamment pour corruption.

Depuis neuf mois, David est de toutes les manifestations contre Benyamin Netanyahu. À travers ce énième rassemblement, il espère créer un électrochoc. « On doit faire trembler la terre dans ce pays et leur dire "attendez il y a des citoyens dans ce pays qui aiment ce pays" et pour nous, c'est un peu le dernier baroud. Jamais dans l'histoire d'Israël un mouvement de protestation n'a duré aussi longtemps », explique-t-il.

Sur les pancartes des manifestants, on peut lire les chefs d’accusation contre Benyamin Netanyahu : corruption, fraude, et abus de confiance. « C'est inenvisageable qu'un Premier ministre soit mis en examen et aujourd'hui il s'accroche au pouvoir. Mais c'est tout le système de corruption de ce pays. On ne dirige pas un pays en donnant des cadeaux à droite à gauche à des partenaires politiques, on dirige le pays pour l'ensemble de la nation et Netanyahu il a perdu ça, clairement », poursuit David.

Pour Elisabeth, une manifestante, l’objectif de ce rassemblement est de convaincre les indécis d’aller voter afin de chasser Benyamin Netanyahu par les urnes. « Beaucoup ne vont pas voter car ils ont l'impression que c'est perdu d'avance. Netanyahu n'est pas le seul dirigeant possible pour Israël bien qu'il donne ce sentiment. Il sait que ce n'est pas gagné, il le sait ».

Les sondages donnent Benyamin Netanyahu en tête des élections de mardi. Mais il y a peu de chance qu’il obtienne une majorité claire. D’ores et déjà certains évoquent un cinquième scrutin.