Isolés dans des “porcheries”, plus censurés que jamais : les Tibétains face à la politique “zéro Covid”

© Douyin/ @1016461933

Depuis la mise en confinement de la ville de Lhassa dans la région autonome chinoise du Tibet, le 9 août dernier, des résidents dénoncent en masse la gestion de l’épidémie de Covid-19 par les autorités locales, via des vidéos filmées depuis les centres de quarantaine surpeuplés et insalubres, surnommé “porcheries”. Vite censurés, les Tibétains pensent que le Covid-19 est une nouvelle occasion pour Pékin de les discriminer.

Des centres d’isolement surpeuplés, au point où des gens doivent dormir sur le sol, de la nourriture avariée et des files d’attente interminables dans le froid : de plus en plus d’images témoignent d’une situation très préoccupante dans plusieurs villes tibétaines.

La capitale de la région autonome du Tibet, Lhassa, ainsi que deux autres districts tibétains sont confinés depuis le 9 août, après que 22 cas de Covid-19 ont été détectés. Dans le cadre de sa politique “zéro Covid” les autorités chinoises ont mis en place un protocole très strict qui consiste à réaliser des tests PCR sur toute sa population et à placer les personnes positives dans des centres d’isolement. De nombreuses vidéos ont témoigné des abus de cette politique à travers la Chine. Mais au Tibet, les conditions de confinement paraissent particulièrement indignes.

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Chine : à Shenzhen, les habitants soumis à des tests PCR quotidiens

“Si on vous demande d’aller dans un centre de quarantaine, même si vous n’avez pas le Covid, vous ne pouvez pas vous y opposer”


Lire la suite sur OBSERVER