Ismaël Emelien, le conseiller spécial d'Emmanuel Macron, démissionne

Le HuffPost avec AFP
Ismaël Emelien, ici le 14 mai 2017 à l'Arc de triomphe, a annoncé sa démission.

POLITIQUE - Le très discret conseiller spécial d'Emmanuel Macron, Ismaël Emelien, démissionnera à la fin du mois de mars, a-t-il annoncé au Point ce lundi 11 février. Quelques semaines après le départ du chef de la communication de l'Élysée, Sylvain Fort, Ismaël Emelien dit vouloir se consacrer à des projets personnels, et notamment la parution d'un livre qu'il cosigne sur le progressisme.

"Par éthique personnelle, je me suis astreint en tant que conseiller spécial du président à un silence absolu qui n'est pas compatible avec la parution d'un tel ouvrage", a-t-il confié au Point. Le chef de l'État a interdit à ses conseillers de publier pendant qu'ils sont en poste à l'Élysée.

"Mon départ correspond à une nouvelle étape de mon engagement, indique-t-il au Point. Après Bercy, la campagne présidentielle puis l'Élysée, je veux retrouver la confrontation en première ligne. On est bien seul aujourd'hui à défendre le progressisme, on a besoin de relais dans la société et au-delà de nos frontières, et je pense que c'est dans cette position que je serai le plus utile. Je resterai à l'entière disposition du président et je continuerai à l'aider. Je poursuis le même combat, mais par d'autres chemins."

Mis en cause dans l'affaire Benalla

Ce trentenaire très secret, l'un des plus proches collaborateurs d'Emmanuel Macron, son stratège en chef et sa boîte à idées, est le second membre de la garde rapprochée du président à quitter l'Élysée depuis le début de l'année. Avant lui Sylvain Fort, directeur de la communication et plume du président, autre pilier des débuts de la "Macronie", a annoncé début janvier son départ "pour raisons personnelles".

Ismaël Emelien a été mis en cause dans l'affaire Benalla depuis que l'ex-chargé de mission du président a affirmé à la police lui avoir transmis des vidéos obtenues illégalement auprès de la police, qui étaient censées le disculper dans le déroulé des violences du 1er mai. Ces images s'étaient retrouvées peu après sur des...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post