Islande : de l’énergie puisée dans les trésors des profondeurs

En Islande, les réserves d’eau ne sont pas seulement magnifiques, elles ont également d’étonnantes propriétés. Des sources d’eau chaude surgissent des profondeurs à 280 degrés pour produire la géothermie, le trésor national, à exploiter et préserver. Dans la serre Fridheimar, entourée de champs de neige, cette énergie fait pousser des tomates comme sous un climat méditerranéen. "Nous avons notre propre source d’eau chaude, elle vient du haut d’une colline à 200 mètres de là, explique Ewa Piatek, responsable de la serre. Quand elle arrive à nous, elle est presque bouillante." Des économies d’énergie Grâce à cette ressource de proximité, presque gratuite, l’Islande produit 70% des tomates qu’elle consomme et est le premier producteur de bananes sur le continent européen. "Sans la géothermie, on aurait besoin d’une centrale électrique ou de brûler du bois, explique la responsable. Ça ne vaudrait pas le coup de produire des fruits et des légumes, car les coûts du chauffage seraient horriblement élevés." La géothermie permet également de produire de l’électricité, l’une des moins chères d’Europe : entre 30 et 40% d’économie par rapport à la France. Économiser cette énergie, pas si inépuisable selon certaines associations, est désormais l’un des défis du pays. Grace à la géothermie et les barrages hydrauliques, l'électricité est 100% renouvelable en Islande, où il n'y a plus de centrales nucléaires, ni de centrales à charbon.