"Islamophobie : l’invention d’un concept"

·1 min de lecture

Pierre Conesa, essayiste et ancien haut fonctionnaire, analyse la manière dont le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) a imposé dans les débats le terme d'"islamophobie".

L’histoire politique de la France est ponctuée de débats idéologiques qui avaient une grande force de déni, aujourd’hui disparus aux oubliettes de l’histoire : l’accusation d’"anticommuniste primaire" disqualifiait immédiatement l’interlocuteur (l’anti-communiste secondaire étant semble-t-il acceptable) ; le "maoïsme" avancée théorique du marxisme est enterré même en Chine ; la victoire des Khmers Rouges enfin libérés de l’impérialisme…Dernier acte d’hypnose : la révolution iranienne qui réunissait "les masses aux pieds nus" que seul le lyrisme de Foucault dans le Corriere della Sera pouvait mythifier : "C'est l'insurrection d'hommes aux mains nues qui veulent soulever le poids formidable qui pèse sur chacun de nous, mais, plus particulièrement sur eux, ces laboureurs du pétrole, ces paysans aux frontières des empires : le poids de l'ordre du monde entier. C'est peut-être la première grande insurrection contre les systèmes planétaires, la forme la plus moderne de la révolte et la plus folle." Et cette révolution donnait naissance à un leader d’un genre nouveau : Khomeyni, qualifié dans cette même tribune, de "saint homme exilé à Paris". D’autres intellectuels suivirent : Sartre, Simone de Beauvoir plus lucide sans doute parce que femme, etc. Raymond Aron avait déjà constaté que nombre...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?