"Islamo-gauchisme" : le tacle de Bayrou à la ministre Vidal

·2 min de lecture

Le patron du MoDem et Haut-commissaire du gouvernement au Plan a remis en cause la vision développée par la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, qui juge que l'«islamo-gauchisme» pose un problème à l'université.

L'«islamo-gauchisme» n'est pas «le premier problème de l'université», a estimé jeudi François Bayrou, patron du MoDem, allié de la majorité, après le tollé suscité par la demande de la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal au CNRS d'une enquête à ce propos.

«On ne peut pas aujourd'hui considérer que l'université soit devant ce genre de question perpétuellement centrée autour de l'islam ou d'une religion. Dans les universités que je connais, ce n'est pas comme ça que ça se passe», a souligné l'ancien ministre de l'Education nationale sur BFTMV et RMC.

A lire :Frédérique Vidal en croisade contre l'«islamo-gauchisme»

«Ça ne me paraît pas être le premier problème de l'université française» qui est aujourd'hui, avec la crise sanitaire, «devant des questions extrêmement lourdes, avec des étudiants qui n'ont pas vu d'enseignant physiquement depuis des mois et des mois», a-t-il insisté.

Après avoir épinglé dimanche sur CNews l'«islamo-gauchisme» qui, selon elle, «gangrène la société dans son ensemble et l'université n'est pas imperméable», Frédérique Vidal a enfoncé le clou mardi en annonçant avoir demandé au CNRS «un bilan de l'ensemble des recherches» qui se déroulent en France, pour distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme.

"Pseudo-notion"

Les propos ont suscité un tollé dans les rangs des universitaires et plusieurs voix, au sein de la majorité, l'ont appelée à revoir ses priorités. La Conférence des président d'universités (CPU) a publié mercredi un communiqué dénonçant vivement les mots de la ministre. «La CPU fait part de sa stupeur face à une nouvelle polémique stérile sur le sujet de l’"islamo-gauchisme" à l’université. "L’islamo-gauchisme" n’est pas un(...)


Lire la suite sur Paris Match