Un islamiste fiché S à la tête d'un vaste réseau d'escroquerie ?

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Des investigations poussées de la brigade des fraudes aux moyens de paiement (BFMP) ont permis de percer à jour cette fraude d'une ampleur inédite.
Des investigations poussées de la brigade des fraudes aux moyens de paiement (BFMP) ont permis de percer à jour cette fraude d'une ampleur inédite.

À 52 ans, Maamar M. s'est forgé une solide réputation judiciaire. Cet homme qui se présente comme un « ?théologien musulman? » est fiché S depuis de nombreuses années pour militantisme islamiste. Non content de son statut, le quinquagénaire vient d'ajouter une corde à son arc. Le Parisien révèle en effet, samedi 14 novembre 2020, que l'individu est désormais soupçonné d'être à la tête d'une vaste escroquerie aux prêts automobiles. Une activité qui aurait rapporté la coquette somme de 4,7 millions d'euros, sur le dos d'organismes de crédits tels que Volkswagen banque, Mercedes Benz financial, Diac et Sofinco.

Maamar M. a été mis en examen le 5 novembre pour « ?escroquerie en bande organisée, blanchiment aggravé et association de malfaiteurs? », à l'instar de neuf autres prévenus. Parmi eux, deux autres auraient noué des liens avec l'islam rigoriste. L'un d'eux aurait même été très proche d'Amedy Coulibaly, le tueur de l'Hyper Cacher en 2015.

193 véhicules détournés

Des investigations poussées de la brigade des fraudes aux moyens de paiement (BFMP) ont permis de percer à jour cette escroquerie d'une ampleur inédite. Maamar M. et ses hommes ordonnaient à des petites mains d'ouvrir des comptes en banque avec de faux noms. Cette basse besogne accomplie, ces derniers avaient ensuite eu pour mission d'acheter des voitures en « ?leasing? », locations avec option d'achat auprès de concessionnaires franciliens. Les prêts n'étaient, bien sûr, jamais remboursés.

Lire aus [...] Lire la suite