Islamisme et islamophobie : pour la présidente de l'Unef, c'est un partout, la balle au centre

·1 min de lecture

À entendre Mélanie Luce, présidente de l'Unef, on croirait qu'établir une hiérarchie les attentats islamistes subis par la France et une islamophobie qui n'en arrive heureusement pas à ces extrémités sous nos latitudes revenait à invisibiliser cette dernière, ou à contribuer à la stigmatisation de nos concitoyens musulmans.

Peut-on vraiment renvoyer islamophobie et islamisme dos-à-dos ? À cette question, la présidente de l'Unef, Mélanie Luce, semble répondre par l'affirmative. Invitée d'Europe 1 ce mercredi 17 mars, la représentante du syndicat étudiant de gauche était notamment interrogée sur les incidents survenus à l'IEP de Grenoble - racontés par Marianne -, où les noms et photographies de deux enseignants accusés d'islamophobie ont été placardés devant l'établissement début mars, avec la motion "Des fascistes dans nos amphis T [...] et Kinzler démission. L'islamophobie tue." Ces affichages avaient notamment été relayés par la section locale de l'Unef. "On a expliqué plusieurs fois que c'était une erreur de relayer ces photos, on a d'ailleurs eu l'occasion de s'excuser auprès de l'enseignant en question. C'est une erreur maladroite parce qu'en aucun cas la section locale de l'Unef n'a voulu lancer une vindicte sur ces personnes (sic)", s'excuse aujourd'hui Mélanie Luce, apportant son "soutien face aux menaces" que les deux enseignants "peuvent subir", et jugeant "inadmissible" ce placardage, auquel l'Unef "ne s'est jamais associée" – mais qu'elle a tout de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Islamisme, rixe, vaccin : 2021, année de la trouille

[Vidéo] Désobéissance civile, affaire Gorce, islamisme, Jean-Pierre Bacri... Natacha Polony répondait à vos questions

"Le Maroc et les Émirats arabes unis, deux alliés dans la lutte contre l'islamisme"

Professeure accusée d'islamophobie à Aix-Marseille : "Cette affaire montre l’emprise croissante de l’islamisme politique à l’Université"

Loi contre l'islamisme : le périlleux slalom d'Emmanuel Macron