Islam: quatre fédérations dissidentes du CFCM annoncent créer une "coordination"

Hugo Septier avec AFP
·2 min de lecture

Elles souhaitent réfléchir à "la refondation de la représentation du culte musulman en France."

Il s'agit d'un "retrait définitif." Ce dimanche, quatre fédérations du Conseil français du culte musulman (CFCM) ont quitté le bureau de cette instance afin de créer une "coordination" pour réfléchir à "la refondation de la représentation du culte musulman en France."

La Fédération de la Grande Mosquée de Paris, le Rassemblement des Musulmans de France, Musulmans de France et la Fédération Française des Associations Islamiques d'Afrique, des Comores et des Antilles (FFAIACA) avaient annoncé mercredi leur "retrait définitif" du bureau exécutif du CFCM.

"Cette démarche a pour objectif de mener une réflexion approfondie pour la refondation de la représentation du culte musulman en France pour mieux servir les musulmans de France", indiquent les responsables des fédérations.

"Paralyser le CFCM"

Ils appellent "l'ensemble des responsables des lieux de culte et mosquées à participer activement à ce travail de réflexion qui permettra l'émergence d'une structure représentative du culte musulman en France capable de répondre aux attentes et aspirations des musulmans de France."

"La nouvelle instance représentative incarnera les valeurs essentielles de l'islam authentique et ouvert, dans la dignité et l'équité, en parfaite symbiose avec les valeurs et principes de la République", affirment-ils. Ils promettent de plus "une gouvernance basée sur l'égalité entre les différentes sensibilités et loin de toute visée hégémonique."

Le président du CFCM Mohammed Moussaoui n'a pas tardé à réagir. Il accuse les quatre fédérations de vouloir "paralyser le CFCM."

Elles "s'autoproclament comme la seule 'porte-voix' des musulmans de France et leur dénient le droit à la consultation et à la participation aux futures assises départementales", juge-t-il dans un communiqué. Ces assises, "qui seront lancées prochainement, (...) permettront aux musulmans de France de décider par eux-mêmes du mode de gouvernance des instances représentatives de leur culte", affirme Mohammed Moussaoui.

Vives tensions après la charte des principes pour l'islam de France

Créé en 2003, le CFCM, dirigé depuis janvier 2020 par Mohammed Moussaoui, compte neuf fédérations. Il est devenu au fil des années le principal interlocuteur des pouvoirs publics sur l'islam mais il est régulièrement miné par des différends internes et sa représentativité est souvent remise en cause.

En début d'année, "la charte des principes pour l'islam de France", réclamée par Emmanuel Macron dans la foulée de son offensive contre le "séparatisme", avait provoqué de vives tensions au sein du CFCM. Trois fédérations avaient refusé de signer la charte.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :