ISF, 80 km/h, vote blanc, RIC... Ces mesures qu'Emmanuel Macron a écartées

franceinfo

"Ça, je ne le souhaite pas." Lors de sa conférence de presse à l'Elysée, jeudi 25 avril, Emmanuel Macron n'a pas seulement annoncé des mesures. Il en a écarté plusieurs, certaines très symboliques, comme le projet de référendum d'initiative citoyenne (RIC), mesure réclamée par les "gilets jaunes". Franceinfo vous résume les points que le président de la République ne retiendra pas.

Non au référendum d’initiative citoyenne

Les "gilets jaunes" vont être déçus. Le chef de l'Etat a redit qu'il ne souhaitait pas la mise en place du fameux référendum d'initiative citoyenne (RIC), mesure réclamée par les manifestants depuis le début du mouvement le 17 novembre. "Tel qu'il est proposé, il me semble remettre en cause la démocratie représentative", a jugé le président de la République devant ses ministres et les journalistes.

En revanche, Emmanuel Macron s'est prononcé en faveur de "plus de place pour la voix référendaire dans notre démocratie". Comment ? En abaissant à un million le nombre de signatures nécessaires pour un référendum d'initiative partagée (RIP). Jusque-là, il fallait réunir 10% du corps électoral, soit plusieurs millions de personnes, pour permettre aux Français de saisir le Parlement pour qu'il examine leur proposition.

Non à la reconnaissance du vote (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi