Isabelle Saporta s'en prend à Roselyne Bachelot qui "dégueule sur les comédiens et les César"

·1 min de lecture

Ce mardi 16 mars, c’est une Roselyne Bachelot remontée à bloc qui était invitée sur RTL. La ministre de la Culture en a profité pour dire tout ce qu'elle pense de la cérémonie des César qui a eu lieu le vendredi 12 mars. Et pour elle, cette cérémonie était inutile. "Est-ce que cette cérémonie a été utile au cinéma français ? Je crois qu’elle n’a pas été utile. Ce qui m’a frappée, c’est que finalement, le côté meeting politique de cette affaire a nui à l’image du cinéma français, alors qu’il est massivement aidé !", a annoncé la politicienne de 74 ans, qui a rappelé que la France est l’un des pays qui aide le plus le cinéma. "1 milliard 200 millions d’aides en 2020 et nous continuons en 2021", a-t-elle ainsi déclaré. Pour la ministre de la Culture, "le cinéma, c’est une industrie culturelle et créative ! Les César, c’est une vitrine pour vendre notre cinéma à l’international. Est-ce que vous voyez l’image que ça a donné ? C’est navrant de voir des artistes piétiner leur outil de travail."

Cette prise de parole a particulièrement agacé Isabelle Saporta. Sur RMC, ce mardi 16 mars, la journaliste de 45 ans connue pour son franc-parler n’a pas ménagé Roselyne Bachelot. Alors que l'équipe des Grandes Gueules débattait sur la réouverture des théâtres, elle a déploré l’action de la ministre de la culture pendant cette crise sanitaire ou plutôt son inaction : "La seule chose sur laquelle on ait entendu Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, c'est pour dégueuler sur les comédiens et (...)

Lire la suite sur le site de Voici

VIDEO César 2021 : Corinne Masiero répond très sèchement aux critiques de Roselyne Bachelot
Interview Meghan et Harry : Michelle Obama s'exprime sur les accusations de racisme dans la famille royale
Tina Turner fait ses adieux à ses fans, dans un documentaire qui lui est consacré
Gabriel Attal : qui est son compagnon, Stéphane Séjourné ?
Jean-Jacques Bourdin et Apolline de Malherbe en guerre : Anne Nivat a "des choses à dire"