Isabelle Balkany : sa nouvelle carrière télé finalement en suspens ! À cause du bracelet électronique ?

·1 min de lecture

Changement de programme. Ce jeudi 18 février, Isabelle Balkany était présente sur le plateau de Touche pas à mon poste. Après un témoignage poignant, Cyril Hanouna a annoncé, en direct, une grande nouvelle. L'épouse de Patrick Balkany devait rejoindre l'équipe de chroniqueurs de Balance ton post. Sa première intervention dans l'émission de débats d'actualité de C8 avait été programmée au jeudi 4 mars, mais, finalement, sa prise de poste a été repoussée de plusieurs semaines... "On verra à la rentrée prochaine", a déclaré un proche de Cyril Hanouna au Parisien avant de préciser : "Pour l'instant, la seule personne qui rejoint la bande de Balance ton post est le Gilet jaune Jérôme Rodrigues." Un revirement de situation dans le but d'échapper à une possible polémique ?

Isabelle et Patrick Balkany ont été condamnés à plusieurs années de prison ferme pour "fraude fiscale". Cependant, ils ont réussi à obtenir l’aménagement de peine qu'ils avaient demandé pour raison de santé. Le couple sera donc placé sous bracelet électronique dès la mi-mars. Ce motif serait-il la cause du report de l'arrivée d'Isabelle Balkany dans l'émission hebdomadaire Balance ton post ? C'est une possibilité, surtout après les vives réactions repérées sur les réseaux sociaux à la suite de l'annonce de sa nouvelle fonction dans l'émission de Cyril Hanouna. Pour le moment, aucune autre déclaration n'a été réalisée.

Par ailleurs, Isabelle et Patrick Balkany sont toujours dans la tourmente. L'ancien maire de Levallois-Perret (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Mon père pleurait dans mes bras" : ce que Serge Lama n'a jamais pardonné à sa mère
"Il fait le boulot" : Jean Castex en odeur de sainteté
La princesse Latifa captive ? Elle est "prise en charge" par sa famille d'après les Emirats arabes unis
Divorce de Kim Kardashian et Kanye West officialisé : des millions de dollars en jeu
VIDÉO - Affaire Patrick Poivre d'Arvor : "Quelque chose d'assez industrialisé" selon le journaliste du Parisien