Isabelle Balkany lassée du confinement, elle ironise : "on sera tous bon à enfermer"

·1 min de lecture

Après deux semaines de reconfinement, les nerfs de certains commencent à craquer. Pour tenir le coup, en cette période épidémique, il reste l’humour. Alors que le deuxième confinement semble commencer à montrer ses effets, les Français n’ont pas encore vu le bout du tunnel. Si le gouvernement est à pied d’œuvre pour tenter de sauver un Noël que l’on annonce déjà pas comme les autres, Jean Castex a déjà annoncé que l’attestation sera toujours nécessaire pour sortir de chez soi après le 1er décembre. Dans Le Monde du samedi 14 novembre, le Premier ministre a exprimé la nécessité de « donner des perspectives sur les règles du jeu (…) sur le temps long ». L’annonce d’un confinement à durée indéterminée sur lequel Isabelle Balkany a décidé d’ironiser sur les réseaux sociaux.

L’épouse de Patrick Balkany a publié sur Twitter ce dimanche 15 novembre le dessin d’un personnage semblant devenir complètement dingue accompagné du hashtag « Confinement Acte 2 ». « Ce qui est assez paradoxal, c’est que le jour où on pourra enfin sortir, on sera tous bons à être enfermés », est-il écrit sur l’image partagée par Isabelle Balkany. « Espérons qu'il y ait plus de places en psychiatrie qu'en réanimation », répond avec un humour un internaute. Un autre ne ménage pas la principale intéressée en lui lançant : « Vous avez un peu d'avance sur ce point-ci ! »

Son confinement, l’ancienne adjointe à la mairie de Levallois-Perret le vit avec son mari Patrick Balkany. Elle l’a prouvé ce samedi 14 novembre en (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO – « On est en direct » : passage inattendu d’un grand gagnant de la Star Academy chez Ruquier
Le saviez-vous ? Melania Trump a une "Glam Room" à la Maison Blanche
Boris Johnson : sa compagne décriée, «elle veut être la nouvelle Diana», «Elle veut le trône»
Prince William : tequila, danses endiablées et blonde sexy… Ces photos qui vont déplaire à Kate
VIDÉO - Roselyne Bachelot irritée face à une Léa Salamé "détentrice de la bienveillance et de l’empathie"