Isabelle Balkany interpelle Emmanuel Macron... sur la vente des petites culottes

·1 min de lecture

Jeudi 18 mars dernier, c'est après plusieurs semaines d'attente que le gouvernement a décidé d'un nouveau confinement dans seize départements de l'Hexagone, parmi lesquels ceux de l'Île-de-France. Comme les fois précédentes, Jean Castex a annoncé la fermeture des commerces et rayons considérés comme non-essentiels au sein des villes concernées. Ce lundi 29 mars sur Twitter, Isabelle Balkany a fait part de son incompréhension. En se rendant dans un supermarché, la femme politique s'est etonnée de voir le rayon des chaussettes en libre-accès tandis que celui des sous-vêtements était fermé. Elle a donc interpellé le gouvernement.

"Monsieur Macron, monsieur Castex, monsieur Véran, un chaleureux MERCI... Grâce à vous, la purge des "courses" est devenue un gag !", a-t-elle commencé, "Vente des socquettes pour femmes à nouveau autorisée... mais vente des petites culottes toujours interdite...Top, les filles, on a le cul nu, mais les pieds au sec !". De nombreux internautes ont ensuite profité de la publication pour partager leur expérience."Dans le 95, on peut mettre des sous vêtements féminins mais pas masculins", "On a le droit d'acheter un grille-pain, mais un frigo, une machine à laver ou une cuisinière c'est interdit", peut-on lire en réactions.

Suivie par plus de 26 000 abonnés, Isabelle Balkany est très active sur Twitter. Le 20 mars dernier, l’ancienne adjointe au maire de Levallois-Perret s'est insurgée lorsqu’elle a appris que les salons de coiffure pouvaient laisser leurs (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Flashback - Roselyne Bachelot indiscrète sur la santé de Jacques Chirac : elle l'a payé cher
Sharon Stone et la chirurgie esthétique : cette opération qu'elle regrette
Affaire Patrick Poivre d'Arvor : Florence Porcel "traitée de menteuse" sur les réseaux sociaux
« Il le trouve plouc » : Édouard Philippe n’a pas digéré la nomination de Jean Castex
Jean-Michel Blanquer pétri d’admiration pour Emmanuel Macron : sa petite phrase déjà culte