Isabelle a accepté sa bipolarité : "Le plus dur, c'est d’admettre la maladie"

·2 min de lecture

Diagnostiquée bipolaire, Isabelle a vécu dans le déni de sa maladie pendant vingt ans. Aujourd’hui, elle a accepté sa maladie et a trouvé une stabilité et un refuge dans l’écriture. Sur "La Libre antenne" d’Europe 1, Isabelle témoigne de sa difficile acceptation de sa bipolarité et de son traitement.

Cela fait trente ans qu’Isabelle a été diagnostiquée bipolaire, mais est restée dans le déni de sa maladie pendant vingt ans. Ce déni l’a enfermée dans un cercle vicieux la conduisant à arrêter ses traitements. Aujourd’hui, Isabelle dit qu’elle va mieux depuis qu’elle a accepté sa maladie et a trouvé un refuge dans l’écriture. Au micro d’Olivier Delacroix, sur "La Libre antenne" d’Europe 1, Isabelle martèle que la solution à la bipolarité réside dans l’acceptation de la maladie et du traitement.

>> Écoutez le témoignage d’Isabelle en intégralité ici

"Je suis bipolaire depuis 30 ans maintenant. J’ai été diagnostiquée quand j’avais 29 ans, mais j'ai vécu dans le déni de ma maladie pendant 20 ans. Quand on m’a déclarée bipolaire, je ne voulais pas le croire. J’étais très mélancolique à l'adolescence, mais il y a surtout eu une cassure. J'ai vécu en couple à l'âge de 25 ans. J'ai vécu l'enfer et des insomnies ont commencé à se révéler. Je travaillais dans la publicité, ce qui provoquait beaucoup de stress. J’étais complètement déstabilisée dans ma situation professionnelle et familiale.

J'ai fait ma première crise sur mon lieu de travail. Je me suis prise pour une directrice artistique, alors que c'était dans mon imagination. J'étais en phase euphorique. Pendant la phase euphorique, on a énormément de plaisir, on dort très peu, on a l'esprit vif, on est très créatif et on voit la vie en rose. On se sent invincible. Après la phase euphorique, il y a la phase de dépression...


Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :