Isère : libéré en raison du Covid-19, il aurait violé une jeune fille

Source AFP
·1 min de lecture
Le suspect était incarcéré dans cette prison lyonnaise pour des faits d'agression sexuelle, avant d'être libéré pour cause de Covid-19.

Le mis en cause, déjà condamné pour agression sexuelle, a bénéficié d'une libération anticipée pour cause de pandémie et de surpopulation dans sa prison de Lyon-Corbas.

Le 24 octobre 2020, une jeune fille de 17 ans aurait été victime d'un viol en Isère. Le suspect a été mis en examen, le 5 novembre, pour viol sur mineure et menace, puis placé en détention provisoire. L'auteur présumé des faits n'est pas inconnu de la justice : il a précédemment été condamné pour agression sexuelle et séquestration à l'encontre de son ex-campagne, en décembre 2018, et incarcéré à la maison d'arrêt de Lyon-Corbas. Ses cinq ans de prison ont pourtant été écourtés, l'homme ayant demandé à bénéficier d'une libération anticipée conditionnelle, quelques mois avant le viol présumé.

Demande qui lui a été accordée pour cause de Covid-19 : avec une surpopulation de 130 %, son établissement pénitentiaire était un potentiel foyer géant de contaminations. L'État est-il responsable ? C'est en tout cas ce qu'ont estimé les parents de la victime, Anne-Lise. Ces derniers ont annoncé assigner l'État pour « faute lourde », ce mardi 13 avril. « Notre fille est très en colère, elle ne peut pas oublier et elle veut que la justice soit rendue », a déclaré le père de la victime, qui a requis l'anonymat, lors d'une conférence de presse organisée à Lyon par son avocat, Me Fabien Rajon.

À LIRE AUSSI En prison, surpopulation et Covid inquiètent

« Un choc, une incompréhension et une colère profonde »

Comme le prévoit la loi, à mi-peine, soit depuis le 6 janvier 2020, ce détenu libérable le 20 novembre 2021 avait demandé à bénéficier d'une libération anticipée conditionnell [...] Lire la suite

Ce contenu pourrait également vous intéresser :