Isère : Jean-Paul Havard, prêtre et agriculteur

Jean-Paul Havard est prêtre et salarié agricole à Miribel-Les-Échelles (Isère). "Pour mon travail, habituellement, je vais à la ferme pour la traite. J'y suis pour six heures. Ça me va bien, parce que j'aime bien être du matin", confie-t-il, lui qui a pour but, dans son travail, de "rejoindre les gens dans la condition qui est la leur". "Qu'est-ce qui marque la vie des personnes qu'on côtoie, à quoi elles aspirent", poursuit Jean-Paul Havard. "C'est un engagement à vie" Pour ce prêtre agriculteur, son travail n'est pas pénible physiquement grâce à la mécanisation des exploitations agricoles. "La fatigue vient plutôt de la longueur des journées et du rythme qu'il faut avoir. Il y a une messe en semaine pour toutes les paroisses", glisse-t-il. À une paroissienne qui suppose qu'assurer deux fonctions n'est pas facile, Jean-Paul Havard répond : "On peut avoir plus d'une responsabilité dans sa vie. On s'organise." "Si à un moment donné, je me suis posé la question d'être agriculteur ou prêtre, l'un et l'autre, c'est un engagement à vie. Ce n'est pas le Christ qui m'a dit : 'Il faut que tu sois prêtre plutôt qu'agriculteur. Il m'a dit : 'Tu fais ce que tu veux'."