Irruption au conseil régional d'Occitanie : l'Action française renoue avec l'agit-prop

·1 min de lecture

Ce jeudi 25 mars, le groupuscule d’extrême droite s’est introduit manu militari dans l’hôtel régional, à Toulouse. Une action qui a choqué jusqu’au sommet de l’Etat. Vieux groupe monarchiste, l’" AF " renoue avec sa stratégie du " chahut " de ses jeunes années.

Jeudi 25 mars vers 14 heures, huit militants de l’Action française (AF) ont brusquement fait irruption dans l’enceinte du conseil régional d'Occitanie, en pleine séance. Mais les agitateurs, membres de la section du Languedoc de l’" AF ", n’ont pas eu le temps de faire grand-chose, stoppés par des agents de sécurité, avec lesquels ils en sont venus aux mains. Seuls deux, de noir vêtus, sont parvenus à forcer l’entrée de l’hémicycle. Leurs cris et slogans (" Action française ! ") interrompant quelques minutes l’assemblée qui se tenait dans l’hôtel de région de Toulouse. " La porte de l'hémicycle a été ouverte brutalement et j'ai vu mes agents de sécurité se battre avec des personnes de façon violente ", a dénoncé sur Europe 1 la présidente de région, Carole Delga (PS), qui animait à ce moment-là la séance. " Ça a poussé un petit peu. Mais il n’y a pas eu de coups ", pondère Adrien Molin, porte-parole de ce groupuscule monarchiste, auprès de Marianne. " L’objectif, c’était de rentrer, de déployer la banderole, de crier nos slogans et de repartir, sans agresser. " Du coup d’éclat ne resta bientôt plus que leur bannière verte et rouge, étendue au sol : " Islamo-gauchistes, traîtres à la France ". Dans la soirée,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République