Iron Man (W9) : Robert Downey Jr. révèle l'impact inattendu du film sur sa vie

·1 min de lecture

Depuis 2008 et la sortie du premier Iron Man, Robert Downey Jr. a vécu ce qu'on pourrait appeler une seconde jeunesse. Loin de ses frasques d'antan, l'acteur est devenu "bankable" grâce au personnage de Tony Stark, auquel il a insufflé son brin de folie et son humour. Plutôt discret depuis la sortie d'Avengers : Endgame, Robert Downey Jr. avait livré une interview en 2019 à l'émission Off Camera, présentée par l'animateur Sam Jones et diffusée sur le Net. Il avait expliqué notamment un effet inattendu que le personnage d'Iron Man a eu sur lui, une confusion entre ce rôle emblématique et sa propre existence : "Au début, en créant et en m’associant avec Tony Stark et l’univers Marvel, puis en étant un bon businessman, ou en faisant preuve d’un peu de créativité et m’impliquant dans d’autres projets... il y a eu ce moment où, comme on dit, le maître commence à se comporter comme son animal de compagnie."

Pour ne pas tomber dans la schizophrénie, Robert Downey Jr. a du prendre de la distance avec son personnage, histoire aussi de ne pas rester bloqué pour toujours dans ce rôle : "Je ne suis pas mon travail. Je ne suis pas ce que j’ai créé avec ce studio. Je ne suis pas cette étape dans ma carrière, que j'ai passé à jouer ce personnage. Et c’est dommage quelque part, parce que l’enfant qui est en nous a tendance à dire "Non, la colonie de vacances ne finira jamais et on se tiendra tous par la main pour chanter ensemble autour du feu..." Mais si l'acteur a remisé le costume de l'homme (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

37°2 le matin : pourquoi ce film sur une passion destructrice est culte
Tendre poulet (Arte) : cette relation difficile qu'entretenait Philippe Noiret avec sa fille Frédérique
Alain Chabat : enceinte de son premier enfant, sa fille Louise se confie sur son avortement en 2012
"C'est vous mais avec une perruque ?" : Jean-Paul Rouve partage une photo de sa maman, les internautes hilares
La bonne année (C8) : Lelouch se venge des critiques, Stanley Kubrick et Robert De Niro sont fans du film… Les anecdotes